RADIO TELEVISION ESPACE 94.1 CH 34
mardi , 12 décembre 2017
Accueil » A la une » Haïti et Valère Novarina : l’acte d’amour
Haïti et Valère Novarina : l’acte d’amour
Les comédiens haïtiens portent haut le verbe de Valère Novarina dans « L’Acte inconnu » © DR/CHRISTOPHE-PEAN-PHOTOGRAPHY

Haïti et Valère Novarina : l’acte d’amour

Les comédiens haïtiens portent haut le verbe de Valère Novarina dans « L’Acte inconnu » © DR/CHRISTOPHE-PEAN-PHOTOGRAPHY

Les comédiens haïtiens portent haut le verbe de Valère Novarina dans « L’Acte
inconnu » © DR/CHRISTOPHE-PEAN-PHOTOGRAPHY

La version haïtienne de la pièce « L’Acte inconnu », dans la maison des Métallos, a la magie des rencontres jouissives et fécondes. On se presse. On en redemande.Précipitez-vous ! La pièce de théâtre L’Acte inconnu de Valère Novarina n’est pas le spectacle pour bobos initiés que l’on pourrait imaginer, mais une aventure partageuse.

Le dramaturge suisse avait fait les beaux jours de la Cour d’honneur lors du festival d’Avignon en 2007 avec cette œuvre inouïe (publiée chez POL comme le reste de son œuvre). Chacun des passants qui se succèdent sur scène vient réinventer le monde par le langage. La jubilation d’alors a-t’elle atteint celle qui gagne la salle de la maison des Métallos où la version haïtienne de la pièce est représentée jusqu’au 28 mai ? On n’y était pas… Mais on gage du bonheur contagieux à voir ces jours-ci les six comédiens venus d’Haïti, dans un découpage un peu différent et plus court (1 h 35), dire du Novarina comme si c’était Frankétienne. L’écrivain haïtien le plus célèbre de la place, le poète du chaos, le créateur d’alphabet, cofondateur du mouvement spiraliste n’est-il pas un frère de Novarina ? Dire qu’ils ont fait une lecture commune à Port-au-Prince… L’histoire littéraire ne s’écrit pas qu’à Paris.

« Le plus grand auteur français vivant de théâtre »

Mais, comment le natif de Genève s’est-il retrouvé en Haïti ? Le dramaturge Guy Régis Jr, directeur de la compagnie Nous en Haïti, est à l’origine de cette aventure : « En Haïti, on lit et on aime Valère Novarina, dit-il. Moi qui ai passé cinq ans en France j’ai été frappé par le fait qu’il n’y est pas honoré comme il l’est chez moi. Quand j’ai eu l’occasion de le rencontrer, étant donné que je le considère comme le plus grand auteur français vivant de théâtre, je lui ai dit qu’il était très important qu’il vienne en Haïti. »

Novarina dit oui. Et tout commence en 2014 par des lectures avec des acteurs haïtiens réunis par Junior. Les moyens du bord sont minces. Mais le désir est là, et lors d’un second séjour à Port-au-Prince, deux semaines permettent de dessiner la mise en scène (de Valère Novarina lui-même et Céline Shaeffer). Elle associe comptines et chansons du répertoire haïtien avec accordéon, et pour le décor des panneaux mobiles qui scandent l’espace. Ils sont peints par le dramaturge et par l’un des comédiens haïtiens, Bedford Valès, plasticien par ailleurs.

L’année suivante, la troupe finalise son projet à Limoges, et L’Acte inconnu, pièce créée au Festival des francophonies en Limousin, fait l’événement. Cette fin d’année, Haïti y sera d’ailleurs de nouveau à l’honneur puisque le festival Quatre Chemins dirigé par le même Guy Régis Jr, y est invité. C’est dans ce cadre que la pièce a été jouée à Port-au-Prince fin 2015, puis en Guadeloupe, avant d’arriver aujourd’hui à Paris.

Jouer avec la langue, un sport national

L’acteur Jean-Marc Mondésir en donne la superbe assise, Édouard Baptiste s’y déploie d’une manière impressionnante (sa danse au bord de la transe) et pleine d’humour. Incarnant le « chantre », Anyès Noël allie grâce et autorité. On ne peut les citer tous, mais ils font tous le spectacle. Tous devant cette immense marionnette qui soudain force à l’humilité. Lors de la rencontre avec l’équipe, Guy Régis Jr soulignait la différence d’écoute selon les publics, y compris dans les rires, en expliquant qu’en Haïti, le fait même de posséder la langue est un trésor.

Jouer avec elle est un sport national, et quand ce sont les artistes qui le pratiquent, la puissance de création s’avère souvent stupéfiante, décalée, comique, excessive, rejoignant dans l’inventivité lexicale la profondeur métaphysique des écrits de Novarina. Une seule question : pourquoi s’arrêter si tôt en chemin ? Si les instances de la francophonie assistaient à cet Acte inconnu, elles sauraient que là se joue une partie de leur avenir et œuvreraient pour porter celui de ce spectacle !

Valérie Marin La Meslée/Le Point

A propos de espace2

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
2015 Radio Télévision Espace