RADIO TELEVISION ESPACE 94.1 CH 34
lundi , 22 janvier 2018
Accueil » A la une » Manchester City-Real Madrid: la revanche de Manuel Pellegrini?

Manchester City-Real Madrid: la revanche de Manuel Pellegrini?

2016-04-12t204839z_103495719_mt1aci14348435_rtrmadp_3_soccer-champions-mci-psg_0 (1)

Manchester City affronte le Real Madrid, ce 26 avril 2016, pour la toute première demi-finale de la Ligue des champions de football de son histoire. Pour Manuel Pellegrini, entraîneur du club anglais, ce choc pourrait aussi constituer une revanche. Le Chilien avait été licencié par l’équipe madrilène, en mai 2010.

Personne ne semble savoir où travaillera Manuel Pellegrini la saison prochaine. L’entraîneur de Manchester City assure que sa seule préoccupation est d’être le 28 mai à Milan, pour la finale de la Ligue des champions de football (C1).

Le Chilien de 62 ans, dont le contrat s’achève en juin, aimerait évidemment quitter les Citizens sur le deuxième titre européen du club anglais (1). Ce sacre en C1 donnerait une toute autre allure à son bilan, après trois saisons chez les Mancuniens.

« Quand je suis arrivé, ce club n’était jamais sorti des poules en Ligue des champions, explique Pellegrini avant la demi-finale face au Real Madrid prévue ce 26 avril. En Angleterre, on est l’équipe qui marque le plus. On a gagné un championnat, deux coupes et je suis content avec ça. Je ne m’évalue pas en fonction des titres remportés. C’est important d’atteindre la finale par rapport au travail fourni depuis trois ans ».

Une double revanche à prendre

Après avoir renvoyé le Paris Saint-Germain à ses études, en quarts de finale, ce diplômé en génie civil se retrouve face à un plus gros chantier encore : éliminer le Real Madrid.

Celui qu’on surnomme « l’ingénieur » ne le dira évidemment pas. Mais une qualification face aux Madrilènes, le 4 mai prochain au Stade Santiago Bernabeu, serait en outre une double revanche : sur les sceptiques qui le présentent pêle-mêle comme un « loser magnifique » et un personnage sans charisme ; et sur le Real qui l’avait licencié au bout d’une saison 2009-2010 loin d’être catastrophique.

Manuel Pellegrini avait en effet fini 2e du Championnat espagnol derrière un FC Barcelone impressionnant. Le club castillan avait pris 96 points, un record pour les Madrilènes en Liga. Mais Florentino Perez, le patron de la « Maison Blanche » – surnom du Real –, n’avait pas supporté cette saison vierge de titre et une élimination en coupe d’Europe face à l’Olympique lyonnais. Et ce, malgré les recrutements de Cristiano Ronaldo, Kaka, Karim Benzema, Xabi Alonso, à des tarifs faramineux.

Un technicien respecté mais discret

Le Chilien, qui s’est fait connaître en conduisant le club espagnol Villarreal en demi-finale de la C1 2005-2006, a bien rebondi depuis son limogeage. A Malaga, toujours en Espagne, entre 2010 et 2013. Et à Manchester City depuis 2013.

Il passera la main, cet été, à son ancien rival espagnol, Josep Guardiola, ex-coach du Barça. Manuel Pellegrini ne devrait pas pour autant manquer de propositions. L’ancien défenseur de l’équipe nationale du Chili est régulièrement loué pour son intelligence tactique, sa philosophie de jeu tournée vers l’offensive et son esprit de fair-play. Ce qui le différencie d’autres entraîneurs plus réputés, comme Guardiola, José Mourinho ou Carlo Ancelotti ? Sa discrétion. Et son absence de sacre en Ligue des champions.

(1) Manchester City a remporté la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupes en 1970.

A propos de espace2

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
2015 Radio Télévision Espace