RADIO TELEVISION ESPACE 94.1 CH 34
mardi , 17 octobre 2017
Accueil » A la une » «The Last Face», l’Afrique mitraillée par les bonnes intentions de Sean Penn

«The Last Face», l’Afrique mitraillée par les bonnes intentions de Sean Penn

 

Festival de Cannes 2016

Festival de Cannes 2016

L’Afrique reste un terrain glissant pour les réalisateurs occidentaux. Ce vendredi 20 mai, lors de la première séance de son film «The Last Face» au Festival de Cannes, le réalisateur américain Sean Penn s’est fait hué pour son histoire d’amour dans une Afrique meurtrie par la guerre. Sa romance entre une humanitaire et un médecin de l’organisation Médecin sans frontières est remplie de bonnes intentions et de clichés. En lice pour la Palme d’or, Cannes joue avec ce film aussi sa réputation du meilleur Festival du monde, peut-on lire sur le site de RFI.

Bien entendu, jusqu’ici, personne n’a réussi à sauver le continent africain des guerres et des exactions. C’est un peu normal que Sean Penn, connu pour son engagement humanitaire après le tremblement de terre à Haïti en 2010, échoue à sa manière. « Nous ne sommes pas là pour sauver le monde, mais la vie d’une personne » rétorque le docteur Miguel Leon (Javier Bardem, connu pour son engagement politique dans les camps de réfugiés sahraouis) à Wren Petersen (Charlize Theron, Ambassadrice auprès des Nations unies et fondatrice de l’association Africa Outreach Project), médecin et directrice d’une ONG, paralysée par la violence inouïe de la guerre civile et son impuissance à changer le cours des choses. Derrière la caméra, Sean Penn donne l’impression d’un réalisateur submergé d’émotions et complètement dérouté, alors qu’on lui avait juste demandé de sauver son film.

Source RFI

A propos de espace2

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
2015 Radio Télévision Espace